Aller au contenu principal
Accueil
person smiling running

Ce n'est pas moi. C'est vous. (Ou pourquoi le travail doit trouver sa flexibilité.)

par  novembre 16, 2021 | 3 minutes de lecture

Comment savoir si le personnel de votre institution est heureux ou sur le point de partir ? Même s'ils ne vous le disent pas directement, vous leur signalez peut-être que la situation ne va pas changer, et cela ne leur convient pas. Que faire alors ? Et existe-t-il un moyen d'empêcher la fuite des talents avant qu'il ne soit trop tard ?

La culture prime sur les coûts

La pandémie a transformé la façon dont de nombreuses personnes perçoivent le "travail". Pour beaucoup, elle a mis en évidence le fait que la façon dont nous travaillons ne fait pas tout. Peut-être que tout le monde ne profite pas de la même manière du 9h - 17h, des trajets et de tous les aspects pratiques de ce que nous appelions la vie quotidienne.

L'exemple le plus criant, à l'instar de la flexibilité que les gens ont découverte en travaillant pendant la pandémie, notamment dans l’Enseignement Supérieur, sera difficile à supprimer. Mais pourquoi le ferions-nous ?

L'argument porte généralement sur le coût, sous une forme ou une autre. Par exemple :

  • les campus coûteux que les institutions utilisent encore
  • la conviction que le coût de la mise à niveau des outils et des solutions pour être plus flexible sera prohibitif,
  • l'incapacité de voir comment un modèle différent pourrait fonctionner efficacement,
  • ou, pour quelques-uns, un manque de confiance dans le personnel pour le laisser travailler à distance ou de manière flexible.

Bien sûr, ces arguments se concentrent sur le coût ou la peur au détriment de la culture du travail et de l'engagement des employés.

Naturellement, les institutions doivent aujourd'hui surveiller de près leurs finances, mais toutes ces objections se sont révélées fausses pendant la pandémie. Les espaces des campus et la manière de dispenser l'enseignement ont déjà été réimaginés. En fait, Forbes, Deloitte et Bloomberg ont tous signalé des hausses de productivité depuis le début de la pandémie, toutes dues à une augmentation de la flexibilité. Bloomberg a enregistré une hausse de 5 % de la productivité aux États-Unis seulement [1].

Alors, où est le problème ?

Expectation et attentes

Le plus gros problème est l'inévitable conflit sur le retour à la "normalité" et ce que cela signifie. En effet, pour de nombreuses institutions, il y a un manque d'harmonisation entre leurs attentes et celles de leurs employés.

Les organisations qui s'attendent à ce que les employés reprennent le travail au bureau de la même manière qu'avant la pandémie risquent d'être confrontées à un exode des talents qui apprécient la flexibilité. [2]

Le fait est que la pandémie a montré qu'il est possible de travailler différemment - à domicile ou selon un horaire hybride, en mettant davantage l'accent sur une planification itérative basée sur les réalités actuelles, et en automatisant les processus plus répétitifs. Toutefois, c'est une leçon que certaines institutions doivent encore apprendre. Et cette différence d'attente sera à l'origine d'un problème bien plus important s'il n'est pas abordé de front, et rapidement.

Mettre l'accent sur le changement de culture.

La bonne nouvelle pour le secteur de l'enseignement supérieur est que, malgré une certaine résistance de la part d'établissements moins avant-gardistes, de nombreuses organisations ont perçu ce changement d'attentes et se sont appliquées à aider leurs employés à continuer à travailler.

Parmi les DSI dont les institutions ont pris une décision sur les modalités de travail après la pandémie, seuls 4 % ont déclaré que leur institution ne continuera pas à autoriser le travail à distance. [3]

Pour les institutions qui prennent l'initiative et cherchent à agir rapidement, il s'agit d'une confirmation éclatante qu'elles ont pris conscience des avantages que le "travail flexible" leur offre, à elles et à leurs employés. Et en recherchant ces avantages, elles garderont et attireront également les meilleurs talents. Cette flexibilité des lieux et des horaires de travail se traduira certainement par des attentes en matière d'outils et de flexibilité dans la manière de travailler.

Le revers de la médaille, c'est que si 96 % semblent être un gage d'innovation dans l'enseignement supérieur, la clé de l'autre partie de cette histoire réside dans ceux qui n'ont pas encore agi. Pour une raison ou une autre, de nombreux établissements n'ont pas encore mis de plans en place. Cela ne signifie pas nécessairement qu'ils n'adopteront pas des cultures de travail plus flexibles, mais cela suggère qu'ils n'ont peut-être pas pleinement réalisé le potentiel de cette nouvelle façon de travailler. Et que ces institutions essaient peut-être encore de revenir à une ancienne normalité.

Comment devenir une institution plus flexible et valoriser les talents ?

La clé pour devenir une institution plus flexible pour votre personnel est de démocratiser l'innovation, mais comment cela se traduit-il ?

Il s'agit d'accepter le "never normal" et de favoriser l'innovation des utilisateurs de manière à ce qu'elle profite à tous. Les nouveaux systèmes ne doivent donc pas simplement être plus rapides ou plus puissants. Ils doivent au contraire être plus faciles à utiliser et plus attrayants. Le monde d'aujourd'hui devrait donner aux employés un meilleur accès où qu'ils soient et leur permettre de collaborer de manière plus intuitive et naturelle, en automatisant autant que possible les corvées administratives. 

Et il en va de même pour la culture d’entreprise. Une meilleure culture du travail ne signifie pas simplement offrir plus d'avantages sociaux ou même favoriser le travail flexible. Il s'agit de réfléchir de manière innovante à la création d'un environnement où les gens se sentent valorisés et autorisés à prendre la responsabilité de mieux faire leur travail et de proposer des processus institutionnels innovants.

Pour en savoir plus sur les défis auxquels est confronté l'enseignement supérieur aujourd'hui et sur la manière dont la démocratisation de l'innovation aide les établissements à retenir et à attirer les meilleurs éléments, tout en créant de meilleures cultures d’entreprise qui permettent d'endiguer la fuite des talents qui se profile à l'horizon, téléchargez notre dernier Livre Blanc. Nous y examinons les causes de la crise des talents et la manière de penser différemment et universellement à la planification et à la construction d'un meilleur avenir.

[1] https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-04-22/yes-working-from-home-makes-you-more-productive-study-finds

[2] Gartner, Talent Strategies to Address Skills Gap in a Recovering Economy”, by HR Practitioner Research Team, June 8, 2021

[3] EDUCAUSE, QuickPoll Results: Post PandemicPlans for Remote Work, January 29, 2021

 

Sign up to see more like this