Les quatre types de gestion du risque | Unit4
Aller au contenu principal
business woman posing and smiling

Les quatre types de gestion du risque

par  novembre 29, 2022 | 3minutes de lecture

À bien des égards, le risque est inhérent au commerce. Il est encouru dans tous les aspects de l’activité commerciale, et il est le plus clairement défini dans le cadre de la collecte des contrats commerciaux. Les contrats commerciaux régissent l’ensemble des relations et des flux financiers au sein de l’entreprise ; les contrats d’une entreprise offrent donc l’aperçu le plus complet des risques auxquels elle est confrontée au quotidien. Ces risques incluent l’emploi et l’approvisionnement, ainsi que les acquisitions, les finances, les ventes et les ressources humaines.

La gestion du risque ne consiste pas à éliminer le risque. Le risque peut être bénéfique aux entreprises en créant des opportunités productives, et la gestion du risque peut renforcer l’efficacité des systèmes administratifs en apportant des améliorations à l’ensemble de l’opération. Dans une entreprise commerciale, votre approche de la gestion du risque peut faire la différence entre succès et difficultés.

4 types de gestion du risque

Les quatre types de gestion du risque sont assez différents et couvrent un large éventail de scénarios. Bien qu’ils ne conviennent pas tous à chaque évaluation du risque, ils représentent une composante importante des décisions initiales en matière de gestion du risque, afin de déterminer la technique à utiliser. Si le choix est parfois limpide, il est important pour les entreprises d’examiner le risque dans le contexte des systèmes et processus existants.

  1. Prévention du risque – La prévention du risque signifie se retirer d’un scénario à risque ou décider de ne pas y participer.
  2. Réduction du risque – La réduction du risque est mise en œuvre dans le but de maintenir le risque à un niveau acceptable et de réduire la gravité des pertes.
  3. Transfert du risque – Le risque peut être réduit ou rendu plus acceptable s’il est partagé.
  4. Conservation du risque – Lorsque le risque est convenu, accepté et pris en compte dans la budgétisation, il est conservé.

Toutes les facettes du commerce impliquent, à un moment ou à un autre, des contrats. Le marché mondial moderne étant de plus en plus interconnecté, les contrats commerciaux sont devenus plus complexes. Si les contrats constituent l’épine dorsale de toute entreprise, ils sont également l’élément commercial qui implique le plus de risques. L’appétit pour le risque et la tolérance au risque sont des composantes du programme de gestion du risque qui doivent faire l’objet de révisions constantes, puisqu’ils fluctuent en fonction de la situation financière de l’entreprise. Les quatre types de techniques de gestion du risque garantissent que tous les scénarios de risque sont couverts par un protocole approprié et efficace. Cette relation peut être étudiée suivant la perspective des quatre techniques.

1. Prévention du risque

La prévention du risque contractuel comporte quatre éléments, qui apparaissent lorsque le risque associé à un contrat est considéré comme trop élevé.

  • Refus de la proposition – Si la diligence raisonnable révèle que le risque contractuel est trop élevé durant la première étape du cycle de vie du contrat, l’entreprise refusera tout simplement le contrat tel que proposé.
  • Renégociation – Lorsque le risque a augmenté au cours du cycle de vie du contrat, l’entreprise peut saisir les opportunités de réviser et renégocier les conditions, afin d’introduire de nouvelles conditions permettant d’éviter les nouveaux risques.
  • Non-renouvellement – À la fin du cycle de vie initial du contrat, l’entreprise peut refuser de renouveler ce dernier si elle considère que le risque est trop élevé.
  • Annulation – Lorsqu’en raison des circonstances, le risque augmente au-delà des niveaux acceptables pendant le cycle de vie du contrat et en dehors du délai de renouvellement convenu, des clauses d’annulation peuvent être appliquées.

2. Réduction du risque 

Un système efficace de gestion du cycle de vie des contrats réduit le risque contractuel dans ses phases initiales.

  • Négociation du contrat – Lorsque c’est nécessaire, la renégociation à des stades ultérieurs du cycle de vie du contrat peut permettre de réduire les risques contractuels, notamment au stade du renouvellement. Cette démarche doit toujours avoir pour objectifs l’atténuation des risques et la réduction des pertes. 
  • Standardisation – La création d’une bibliothèque de termes, conditions et clauses standardisés est une méthode importante de réduction du risque contractuel. Elle garantit une approche cohérente de la part de l’ensemble du personnel et permet aux équipes de rédiger des contrats en toute confiance, avec l’assurance que le langage juridique préalablement approuvé s’inscrit dans le profil de risque acceptable de l’entreprise.

3. Transfert du risque 

Le transfert ou le partage du risque contractuel dans le cadre de la gestion des contrats repose sur la diligence raisonnable à l’égard des tiers, ainsi que sur l’externalisation ultérieure. Il s’agit d’une stratégie efficace pour les entreprises de fabrication et de prestation de services, où certains aspects de l’activité peuvent être confiés à un autre prestataire.

4. Conservation du risque

Chaque fois qu’une entreprise signe, renégocie ou renouvelle un contrat, un élément de conservation du risque est présent, car tout contrat comporte un risque à un certain niveau. Tous les contrats actifs représentent la conservation du risque contractuel, et il incombe donc à l’entreprise d’intégrer cette composante dans la planification de la gestion du risque, les processus d’évaluation du risque et la révision régulière du cadre d’appétit pour le risque et de tolérance au risque.

En intégrant les quatre types de gestion du risques dans une culture de bonnes pratiques quotidiennes, les entreprises commerciales informent les organisations tierces qu’elles peuvent traiter avec elles en toute sécurité ; cela concerne aussi bien les clients que les fournisseurs. Lorsque les entités et les individus savent que leurs intérêts sont prioritaires, l’entreprise bénéficie d’une clientèle fidèle et loyale. 

Comment Unit4 peut-elle vous aider ?

Unit4 Source-to-Contract par Scanmarket inclut un module Supplier Risk and Performance Management entièrement intégré, qui vous aide à maximiser la valeur d’un contrat sur l’ensemble de sa durée de vie, à automatiser de nombreux processus grâce à l’utilisation de modèles et de données intégrées, et à faire évoluer les contrats antérieurs afin d’y apporter des améliorations continues. Il vous aide à intégrer les meilleures pratiques de gestion du risque à votre approche Source-to-Contract, sans perturber la façon dont votre personnel aborde la tâche. Pour en apprendre davantage et découvrir ce que cette solution peut faire pour vous, consultez cette page ou cliquez ici pour demander une démonstration.

Sign up to see more like this