Blog

Innover exige d’être doublement impliqué

Posté(e) par  Gastblog

Article invité par Jeff Gaspersz

Nous demandons à nos collaborateurs d’être totalement impliqués dans l’exécution de leurs tâches. En outre, nous leur demandons également d’utiliser leur savoir et créativité pour découvrir des façons d’améliorer le travail et les procédures. En somme, nous leur demandons en quelque sorte d’être doublement impliqués.

Pour les collaborateurs, s’impliquer à un tel point pour la société n’est pas une évidence. Il est essentiel de motiver le personnel de façon réfléchie.

Lorsque nous demandons aux employés de proposer des idées pour améliorer et rénover les modes de travail, nous leur demandons en réalité d’effectuer du travail bénévole. Car en effet, il n’y a probablement aucun contrat de travail au monde qui stipule qu’un employé soit contractuellement tenu de proposer chaque mois de nouvelles idées. Lorsque les collaborateurs jouent le jeu, c’est donc qu’ils se sentent intrinsèquement impliqués dans leur travail. Ils veulent apporter leur pierre à l’effort de réflexion et partager leurs propres idées.

Lorsqu’un collaborateur propose une nouvelle idée, en réalité il dit ceci : « J’ai pris part à l’exercice de réflexion et selon moi c’est ainsi qu’il faut procéder. » En proposant de nouvelles idées, le collaborateur exprime son attachement au travail, à l’équipe et à la société. Les propositions de nouvelles idées doivent donc être considérées comme des cadeaux. Il faut montrer reconnaissant envers les dons d’idées.

Par ailleurs, il est important de toujours garder à l’esprit l’objectif final qui motive l’effort d’innovation. Innover n’est après tout qu’un moyen pour arriver à une fin. L’engagement que nous demandons de la part des collaborateurs ne doit pas, en substance, être envers l’innovation en tant que telle, mais plutôt envers la réalisation d’objectifs ambitieux. Lorsque les collaborateurs décident de s’impliquer avec tout leur savoir et créativité pour atteindre cet objectif, nous découvrons alors chaque jour de nouvelles possibilités d’innovations.

Il est important de toujours partager cette perspective plus large à long terme. Ainsi, tout un chacun sait exactement à quoi doivent servir ses efforts de création. Une proposition d’amélioration ou de rénovation devient alors une contribution au parcours menant à l’objectif ultime. Et si, en plus, la réalisation de cet objectif final est vécue comme un accomplissement réellement important, alors l’envie d’innover est encore plus forte.

Pour illustrer ceci, citons l’exemple de cette directrice d’une maison de retraite qui demande un jour à son personnel de proposer des idées pour améliorer le fonctionnement de l’établissement. Elle a justifié sa requête à l’aide d’un argument imparable : « Parce que, tous ensemble, nous inventons une maison de retraite à laquelle vous seriez disposés à confier vos propres parents. » Toute autre argument était superflu. Tout le monde avait immédiatement compris que les standards de qualité étaient exceptionnellement élevés et qu’il convenait de tester de nouvelles idées pour réaliser les changements souhaités.

Il n’est nul besoin de travailler dans une société qui s’est donné une mission à caractère sociétal pour motiver efficacement les collaborateurs à atteindre des objectifs en matière d’innovation. Un grand nombre de sociétés ont formulé leur mission en attribuant implicitement une profonde signification à l’acte d’innover. L’énoncé de mission de la firme Merck en est un exemple : « Nous préservons et améliorons la vie humaine. » Ou encore la mission succinctement formulée de Walt Disney : « Nous rendons les gens heureux. » Philips exprime l’intention suivante : « Nous améliorons la qualité de vie des personnes en proposant des innovations significatives au moment opportun. »

Votre société, elle aussi, formule très vraisemblablement des intentions de même nature au travers de sa mission. Dans toute les communications concernant la nécessité d’innover, Il faut continuellement insister sur l’importance de ces intentions. C’est ainsi qu’il devient possible, au sein d’une société, de donner naissance à une force créative ciblée, qui ne soit pas uniquement alimentée par la tête, mais également par le cœur. Les gens aiment s’impliquer dans de telles sociétés !

Jeff Gaspersz est professeur d’innovation à l’université Nyenrode Business. Il est en outre conférencier et propriétaire de sa propre maison d’édition (www.jeffgaspersz.com)

Gastblog

Wij plaatsen regelmatig relevante blogs van gastbloggers actief in diverse sectoren.



Newsletter