Blog

Transformer l'ordinateur en assistant numérique à part entière avec un logiciel d'autogestion

Posté(e) par  David Warnink

Si Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, consacre une année entière à la réalisation du projet suivant, on peut certainement le considérer comme un aperçu de ce qui nous attend dans un avenir proche : En 2016, il veut construire une intelligence artificielle pour gérer son quotidien à la maison. L’assistant numérique doit écouter et comprendre des commandes vocales pour permettre à Zuckerberg de gérer toutes les tâches domestiques par la voix. Cette forme d’intelligence artificielle ressemble beaucoup à Jarvis, l’ordinateur de bord du film hollywoodien « Iron Man ». Les assistants personnels seront-ils au cœur de notre vie future ou resteront-ils cantonnés aux films de science-fiction ?

Plusieurs avancées technologiques ouvrent la voie à un avenir où les logiciels d’autogestion seront maîtres. Nous identifions 4 mégatendances qui, collectivement, peuvent donner naissance à des logiciels qui comprennent notre monde : Le big data, les applications mobiles, l’expérience utilisateur et l’intelligence artificielle.

Quelles sont ces 4 tendances et où nous mènent-elles ?

1. Le big data (« mégadonnées »)

Le big data est gigantesque, et il ne cesse de croître chaque jour. Non seulement nous collectons plus de données que jamais, mais en plus nous les collectons de sources de plus en plus diverses. Notamment via les mails, le Smartphone, les réseaux sociaux, les services mobiles portables et l’Internet des objets. Aujourd’hui, les ordinateurs ne se limitent pas à collecter ces données isolées, ils les analysent afin d’établir des liens et développer les connaissances. Seuls les systèmes informatiques sont capables de traiter ces grosses masses de données, car celles-ci sont bien trop grandes, trop complexes et trop diverses pour pouvoir être analysées par des êtres humains.

2. Mobile

Aujourd’hui, nous avons presque partout un accès mobile à Internet et nous en faisons d’ailleurs un usage immodéré avec notre Smartphone. Cet appareil est devenu partie intégrante de notre vie quotidienne et de notre travail. Les employés ne l’utilisent pas seulement pour appeler un taxi, commander un repas, réserver un hôtel ou approcher un client. Le Smartphone fournit un flux de données à la fois nouveau, riche et complexe.

3. Expérience d’utilisateur

Les applications mobiles ont modifié la nature des interactions entre consommateurs et entreprises. L’expérience de l’utilisateur est d’une importance sans cesse croissante tant pour le consommateur que pour l’entreprise. Les clients s’attendent à ce que chaque interaction soit simplifiée et se déroule sans obstacle. Le consommateur prend désormais pour acquis qu’un logiciel s’adapte automatiquement à sa façon personnelle d’utiliser les applications dans la vie courante : il doit fournir des prestations uniformes et être facile à utiliser.

4. Intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est essentielle pour pouvoir cerner et comprendre toutes les données collectées. A cet égard, l’apprentissage artificiel (« machine learning ») est d’une valeur inestimable. Selon ce concept, les ordinateurs apprennent par eux-mêmes et sont donc doués d’autogestion durant l’analyse des données. Les ordinateurs peuvent traiter des quantités de données énormes pour y découvrir des schémas récurrents et des liens difficilement décelables par l’œil humain.

Cette combinaison transforme les logiciels en autogestionnaires.

Les trois premières mégatendances - big data, mobilité et expérience utilisateur – permettent de fournir une montagne de données précieuses aux systèmes informatiques. Mais c’est la 4e mégatendance qui permet aux logiciels de devenir autonomes et de travailler pour l’être humain, et non l’inverse. A terme, ces mégatendances favoriseront la fusion entre l’homme et l’ordinateur. Dans ce partenariat, la tâche de l’ordinateur est de faire tourner le logiciel autogestionnaire et de fournir une interface simple pour la consultation des données. La tâche de l’être humain est de rester une personne bien informée qui utilise les connaissances sophistiquées fournies par le logiciel pour faire ce qu’elle fait le mieux : élaborer des stratégies, raisonner, créer et communiquer.

Un long apprentissage

Mais nous n’y sommes pas encore. Le développement d’un assistant numérique autonome n’en est qu’à ses balbutiements. Pour l’heure, les ordinateurs doivent encore être pilotés par l’être humain mais, à terme, l’ordinateur remplacera celui-ci. C’est n’est qu’une question d’apprentissage pour que l’ordinateur puisse un jour effectuer certaines tâches et devenir autonome. Plus tard, nous en récolterons les fruits. Nous nous occuperons encore pendant un certain temps de remplir nous-mêmes les formulaires, dans l’attente que l’ordinateur apprenne à le faire et s’en charge à notre place. L’assistant numérique Jarvis est en quelque sorte l’étape ultime du logiciel autonome, et cette étape sera franchie un jour ou l’autre.

Les possibilités sont infinies, mais nous devons, dans un premier temps, commencer patiemment par tout expliquer et exécuter étape par étape avant que l’ordinateur ne devienne réellement autonome. Vu sous cet angle, l’année de développement prévue par Zuckerberg semble en réalité bien trop courte, mais le premier pas a été franchi.

 

David Warnink

Suivre linkedin


Newsletter